Les ailes de Johnny May

3D Reliefs
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...
Avis des spectateurs

Une histoire exceptionnelle du Grand Nord.

johnymay1

johnymay_slide_programme

johnymay2

johnymay_slide_programme2

johnymay3

johnymay_slide_programme3

johnymay4

johnymay_slide_programme4

johnymay5

johnymay_slide_programme5

Le film

S’il est des « road movies », voici un « sky movie » qui nous fait survoler de grands espaces, mais aussi voyager dans le temps.

Nous sommes en vol avec Johnny May, un pilote inuit de 64 ans. Il a été probablement le premier de son peuple à faire ce métier au Canada, du moins il l’a été au Nunavik. Il a volé plus de 34 000 heures, soit 4 années entières, jour et nuit, au-dessus de ce territoire dont nous ne savons encore que peu alors que déjà il se métamorphose en un ailleurs aux contours nébuleux, paradoxaux, complexes.

 

Johnny est un héros parmi les siens. Il a effectué des sauvetages épiques, amené des gens vers leur naissance, changé des vies. Il a aussi contribué à la vie communautaire et économique de la région. Mais, il est avant tout le témoin au long cours de deux fins du monde.
Du haut des airs, il a vu son peuple passer des traîneaux à chiens, des tentes et des igloos aux motoneiges et aux villages modernes. Il a aussi vu les glaces de l’Ungava
fondre graduellement, le sol du Nunavik se déchirer alors que le pergélisol dégelait aussi, la neige se faire de plus en plus tardive et partir de plus en plus tôt. Ses yeux ont vu tout ça, la beauté des Torngats et la dévastation des mines, mais ils se sont aussi perdus, longuement et souvent, dans ceux de Louisa, son épouse, elle-même une femme exceptionnelle qui a oeuvré dans les services sociaux du Nunavik et les a dirigés au cours d’une carrière de 26 ans.
Quatre enfants et onze petits-enfants plus tard, l’avion de Johnny porte toujours comme à ses débuts la mention en inuktitut « Pengo Pally », ce qui veut dire « Tu me
manques ».

L'équipe du film

marc farfardMarc Fafard
Réalisateur
Après des études en cinéma, théâtre et technologie de l’éducation, Marc a agi à des titres divers en création et en direction à des dizaines de productions cinématographiques et télévisuelles.
Entre 1996 et 2000, il a réalisé des courtsmétrages documentaires aux approches novatrices au Canada, en France et aux É.-U. Ce contexte a permis la création d’Émilie Cyber, une docu-fiction sur la prospective 2000-2050 en stéréoscopie présentée au Futuroscope de Poitiers.
Par la suite, Marc a écrit et réalisé un court métrage de fiction, L’agonie d’Andreosi ou les gangsters vont aussi au paradis. Le film a été sélectionné et présenté au Rendezvous du Cinéma québécois, ainsi qu’au Festival de cinéma des 3 Amériques (dont il a assumé la présidence de la dixième édition).

En 2002, Marc Fafard réalise le film grand format Adrenaline Rush: The Science of Risk. Le film met en scène des parachutistes de très haut calibre dans des scènes spectaculaires et s’aventure à tester avec succès le parachute imaginé par Léonard de Vinci. Il a obtenu une mention spéciale du jury du Festival de la Géode à Paris ainsi que le « Best of Fest » du festival Imax du Science Museum of Minnesota. Il a également écrit et scénarisé Dinosaures: Géants de la Patagonie, sorti en 2007.
Ce film stéréoscopique a été en nomination aux prestigieux Visual Effects Society Awards et a atteint en un peu plus de deux ans les 35 millions de dollars d’entrées en salles.
C’est au cours des sept dernières années que Marc Fafard s’est définitivement démarqué comme scénariste et réalisateur de films grand format (Imax). Sa plus récente oeuvre est le film Dragons : Real Myths and Unreal Creatures, sorti en 2013, docu-fiction stéréoscopique (3D) explorant les légendes des dragons à travers le temps et l’espace.

 

yves fortinYves Fortin
Producteur, Productions Thalie

Yves Fortin, producteur et président, possède plus de 35 ans d’expérience en Abitibi d’abord, puis à Montréal et à Québec. Il présente une feuille de route riche de 17 films de fiction et plus de 60 films documentaires.
Parmi les plus connus, mentionnons Portion d’éternité de Robert Favreau, Le sexe des étoiles de Paule Baillargeon, Clandestins de Denis Chouinard ou encore Souvenirs intimes de Jean Beaudin.

Au sein de Productions Thalie, Yves Fortin a produit Un petit vent de panique de Pierre Greco en 1999, Le Ciel sur la tête d’André Melançon et Geneviève Lefebvre en 2000, Le Marais (2002), Manners of dying (v.f. L’Exécution-2004) de Jeremy Peter Allen, Les États-Unis d’Albert (v.a. The United State of Albert-2005) d’André Forcier et La belle empoisonneuse, premier long métrage de Richard Jutras en 2008.

Plus récemment, mentionnons la production des longs-métrages La cité (2009) de Kim Nguyen, ainsi que Le Colis (2011) de Gaël d’Ynglemare. En documentaire, Yves Fortin a coproduit notamment les quatre prestigieuses collections documentaires Les pays du Québec, La culture dans tous ses états, Francophonies d’Amérique et Entrée côté court. Il a récemment produits les documentaires Infiniment Québec (v.a. Forever Quebec-2008) de Jean-Claude Labrecque, Le monde selon Monsanto (v.a. The world according to Monsanto-2008) de Marie-Monique Robin, Les mystères sanglants de l’OTS (2006) de Yves Boisset et Alcine le boxeur aux gants blanc (2011) et Lumière sur la cité des ombres (2009) de Stéphan Gravel.
L’année 2013 sera marquée non seulement par le documentaire, mais aussi par la fiction. Marc Fafard est aux commandes d’un docu-fiction IMAX Dragons 3D : Real
Myths and Unreal Creatures ainsi que de son second documentaire : Les ailes de Johnny May. Côté fiction, on retrouve Maïna de Michel Poulette ainsi que Gare du Nord de Claire Simon.

Prochaines Séances

    L'avis des spectateurs


    Retour haut de page