LA SIXTINE DE MICHEL-ANGE, UN SPECTACLE LIVE D’HECTOR OBALK

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...
Avis des spectateurs

Mardi 09 juillet 2013

obalk1

obalk_slide_programme1

La conférence-spectacle

Un one man show, un concert et une projection tout à la fois…Dans Grand’Art, il n’est presque jamais question de la vie de l’artiste, du marché de l’art ou du contexte politique de son œuvre. Il n’y est question que de peinture et d’amour de la peinture.

 

La caméra d’Hector Obalk scrute les œuvres soulignant les détails du tableau. Le commentaire y est limpide, pointu, original, lyrique, acerbe et parfois pince-sans rire.
Hector Obalk sera sur scène en compagnie de son violoncelliste Raphael Perraud, devant l’écran géant de la Géode, pour vous décrire, vous expliquer, le plafond de la chapelle Sixtine grâce à des images entièrement tournées en HD, d’une qualité exceptionnelle.
Le spectacle est consacré au plafond de la Sixtine, chapelle du Vatican, chef-d’œuvre de Michel-Ange (1508-1512), fresque de 400 m2 – dont la « Création d’Adam » est sans doute l’œuvre la plus célèbre de l’art occidental (ex-æquo avec la Vénus de Milo et la Joconde).

 

 

3 ans de travail, 50 heures de rushs et 5 mois de montage ont été nécessaires à la réalisation de sa trilogie sur Michel-Ange, dont « la Sixtine » compose le second volet.
Hector Obalk a eu l’autorisation exceptionnelle de planter un échafaudage de 12 m de haut au milieu de la Sixtine pour saisir des détails encore jamais vus en vidéo.

 

Hector Obalk

 

Hector Obalk, critique d’art est bien connu du public de ELLE, de France 2 (avant-premières) et de arte (série Grand Art, consacrée à l’Histoire de l’art). Il est aussi l’auteur d’une introduction à la peinture « AIMER VOIR / Comment on regarde un tableau » aux éditions Hazan.

Arte

Partenaire de cet événement exceptionnel, la chaine de télévision Arte diffuse un épisode de la série Grand-Art chaque dimanche à 12h30 du 6 janvier au 17 février. Le film sur la Sixtine sera diffusé le 10 février après sa projection en avant-première à La Géode.

L'avis des spectateurs

Déjà vu ? Notez et commentez
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...
Laisser un commentaire
  1. Merci pour cette soirée Hector…j’ai beaucoup aimé « la forme » du show et ce mélange des genres. je ne suis pas spécialiste de Michel Ange, j’ai donc appris plein de choses qui me donnent envie d’aller à Florence ou Rome voir les œuvres sous ce nouvel éclairage et je pense que c’est le principal…donc mission accomplie. Bien sûr on peut parler des défauts, le principal à mon avis étant la réalisation approximative et les images peu claires mais je comprends aussi que cet exercice de vulgarisation soit compliqué…Ce qui m’a le plus marqué sont ces moments ou vous insistez sur la virtuosité de l’artiste, virtuosité que le profane n’est pas toujours à même de remarquer…

  2. FabriceLe

    Mais que demande le peuple ? Il y a pléthore de conférences académiques, de concerts plus ou moins réussis dont les gens ressortent en disant « tu as aimé ? Oui pas mal ». Ici il y a un homme, certes narcissique, bavard, qui vous provoque, parle à votre intellect et à vos sens, se fiche des vaches sacrées (il ose dire que la partie « Jugement dernier » de la Sixtine est plutôt ratée – ce que j’avais ressenti sur place sans me l’avouer) et vous fait voir ce que vous n’auriez jamais vu seul. En outre il y avait cette trouvaille : le discours scandé par les suites de Bach décomposées – un pari impossible et parfaitement réussi, qui aide à se concentrer sur le discours, et fait écouter Bach (ou Haydn) de façon neuve. Même s’il n’y avait eu que 5 idées à retenir, 5 moments inoubliables (et il y en eut plus) ça justifierait la soirée, le parking, le prix. Obalk m’a tiré quelques minutes de ma médiocrité et de ma routine et je lui en suis reconnaissant.

  3. Maurizio RofranoLe

    Connaissant le travail écrit et filmé de Monsieur Obalk, je dois avouer que cette présentation était un peu en deçà de ce qu’il a fait jusque là. Je pense que par souci de vulgarisation il a fini par trop alléger son discours. Reste que (à part les quelques soucis techniques cités qui seront certainement réglés) l’auteur à bien raison, la Chapelle Sixtine on l’apprécie bien mieux filmée qu’en vrai même si l’un n’exclut pas l’autre.

  4. Karine PIERRELLe

    Bonsoir à tous,
    Oui une place à la Géode à un coût….. autant dire que rester devant la télé servirait plus à certain…. qui préfère au passage ne pas payer la redevance télé car ils pensent que tout est (trop) cher….et donc tout devrait être gratuit… on a rien sans rien….bref.
    la critique des autres est notre point fort (ou faible pour d’autres ) en France, Hector en a fait son métier, et je remarque qu’il est plus facile d’apporter son point négatif que positif ou de points à améliorer éventuellement pour être constructif… alors chapeau pour ce show ! certains problèmes techniques pouvaient être là et alors !!! ??? Nous avons appris plus que si nous avions pu avoir un jour la possibilité d’avoir le le nez dessus !!!? OUI,
    en plus avec musique, humour et passion pour l’accessibilité de l’Art pour tous…. Rien à dire à part de continuer… Merci Hector.

  5. Oui il eût fallu répéter davantage, pour éviter les problèmes techniques. Mais bien des moments nous font voir des choses inaperçues jusque-là chez M-A et c’est cela que je retiens, comme à mon habitude. Je ne me souvenais pas du Bacchus et de son attitude de mec bourré, il est vrai qu’on ne le montre presque jamais sous son angle titubant (un artiste ne peut pas être aussi trivial n’est-ce pas ?). Merci à Hector Obalk de privilégier la perception et de moins tenir compte des propos d’historiens qui nous dictent trop souvent ce qu’il faut comprendre sans faire confiance à notre regard. Le cerveau autour du Dieu d’Adam est très convainquant, et les différentes distances contradictoires des protagonistes assemblés sur le plafond non moins (mais pourquoi le Dieu des plantes nous montre-t-il un postérieur dénudé ?) J’attends la suite avec impatience, et notamment un commentaire des statues de la chapelle Médicis que j’adore : http://www.patricehamel.org/Patrice-hamel/Simulation-virtuelle/p2a139.html

  6. Olivia,Le

    Je ne connaissais pas le travail d’Hector Obalk et j’ai été séduite par son spectacle qui ne ressemble à aucun autre. J’ai toujours eu horreur de la culture rabâchée et antiartistique, son show est tout le contraire, plein de visions drôles et tellement vivant. Il y a un moment que j’ai adoré, c’est quand il danse, un corps qui s’exprime révèle beaucoup de choses sur la personne, et bien il swingue pas mal du tout !

  7. Michel BrièreLe

    Monsieur,
    je ne vous aurais pas écrit sans votre demande de commentaires.
    Parti avant la fin, j’ai été un peu scandalisé par le rapport qualité / prix.
    Vos propos m’ont paru trop narcissiques, soutenus par une mise en scène qui fait de vous une sorte de « grand prêtre » avec ses servants. Relativement creux, ne dépassant guère le « regardez comme c’est beau ! », quelques affirmations péremptoires – « je vous le prouve » – manquent d’une certaine humilité que l’approche d’une oeuvre d’art, me semble-t-il, requiert.
    Il y avait certainement quelques petites remarques intéressantes mais le ton général me les a fait oublier.
    Quel dommage !
    Bien à vous
    Michel Brière

  8. JoeLe

    Je vois beaucoup de commentaires de gens déçus par le spectacle et qui, certainement familiers de l’histoire de l’art et des conférences sur le sujet, s’attendaient à tout autre chose.
    Quant à moi, c’est un peu l’inverse qui m’est arrivé, je dois bien le dire. Moi, je n’y croyais pas. Ne raffolant ni de peinture, ni de musique classique ni encore moins de one man show, je me demandais bien ce que j’allais faire dans cette galère. Et puis je me suis finalement laissé convaincre par ma femme qui, elle, est une fan d’Obalk. C’est donc en trainant la savate et en ronchonnant que je me suis acheminé vers ce qui promettait pour moi d’être une véritable cure. Le spectacle commence donc, ma femme trépigne, je regarde déjà ma montre. L’écran s’allume enfin et, c’est vrai, l’image est floue (en tout cas au début). C’est vrai, l’écran n’est pas aussi grand que ce à quoi on pouvait s’attendre à la Géode. C’est vrai, le micro est mal réglé. Bref, techniquement, c’est pas ça. Et puis le bonhomme arrive et, premier bon point, il m’arrache un sourire. Une voix, une silhouette, un propos souvent passionnant et profond sous des airs de pas y toucher. Je me suis découvert aussi à l’occasion un goût pour la musique classique et je dois dire que les musiciens, leur entente, leur complicité avec le critique d’art, leur talent pour suivre à la fois les images projetées et le fil du discours, tout cela m’a bluffé. Quant au fond du spectacle lui-même, j’avoue ne pas comprendre le sens des commentaires les plus négatifs. Sûrement que beaucoup de ces gens connaissent la Sixtine comme le fond de leur poche, sûrement que tous les dimanches ils ont l’occasion de faire de la balançoire suspendus à deux mètres de la voute. N’étant personnellement pas dans ce cas, je dois dire que pour ma part j’ai découvert mardi soir une quantité de détails dont je ne soupçonnais pas même l’existence, ne connaissant jusqu’à lors que la fameuse Création d’Adam, et encore sans jamais m’être posé le quart des questions qu’Obalk soulève à son propos. Bref, je me souviens que je m’étais terriblement ennuyé quand j’avais visité la Sixitine à Rome, lors d’un voyage. Il y avait plein de monde, on ne voyait rien et je n’avais qu’une envie : prendre la poudre d’escampette. Les 45mn que j’y avais passées m’avait semblé une heure et demi. Mardi, ce fut tout l’inverse : l’heure et demi qu’a duré le spectacle m’en a paru moitié moins. À quand la suite que je puisse y amener famille et amis ?

  9. Jean Pierre GerschelLe

    J’en sais beaucoup plus après qu’avant !
    je regrette que la technique – cela ne peut venir que d’elle – ait rendu floues des images que l’on eût préférées nettes, et pâlottes au lieu d’éclatantes, mais pâlots ne sont pas le commentaire et la gestuelle de l’ami Obalk qui demeure le pape de la métaphore, le roi du détail anatomique, bref, le seigneur de la rhétorique historico-picturesque.
    Tout cela agrémenté de suites offertes à notre écoute, mais curieusement, sans apport évident au spectacle. Dizzie Gillepsie, Monteverdi, qui sais-je ?, auraient pu aussi bien,peut-être, faire l’affaire.
    Cela n’enlève rien au mérite des deux interprètes et je trouve bien d’encourager des musiciens à trouver un public.
    Pour en revenir à Michel Ange, et à sa voûte, on mesure mieux l’invraisemblable pari que Jules 2 lui a plus que suggéré. Evidemment, il n’y a pas de plan d’ensemble, mais c’est V.O. qui l’a fait remarquer, par contre, dans le détail, et quelle visite à la Basilique, dans la foule, aurait permis de regarder calmement avec une lunette, pour mieux les voir?
    Très heureux, en prime d’avoir regardé de haut en bas et de gauche à droite, les Jeune Bacchus, David de Florence.. Bon, 20€ par l’es temps qui courent, mais 3 ans à Rome sur un échaffaudage!

  10. philippe ederyLe

    Je suis d’accord sur le point suivant:

    Les images etaient floues , pas dignes de l’image de marque GEODE. Sur ce point l’honneteté commerciale devriat vous conduire à dedommager les spectateurs du 09/07.
    honnetement une telle prestation sur un ecran normale aurait été superieur à ce qui a été fourni à la geode.

    Sinon je suis un grand fan d’ Hector et n’ai rien à redire sur sa prestation.

Voir tous les commentairesRetour haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>