LA SIXTINE DE MICHEL-ANGE, UN SPECTACLE LIVE D’HECTOR OBALK

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...
Avis des spectateurs

Mardi 09 juillet 2013

obalk1

obalk_slide_programme1

La conférence-spectacle

Un one man show, un concert et une projection tout à la fois…Dans Grand’Art, il n’est presque jamais question de la vie de l’artiste, du marché de l’art ou du contexte politique de son œuvre. Il n’y est question que de peinture et d’amour de la peinture.

 

La caméra d’Hector Obalk scrute les œuvres soulignant les détails du tableau. Le commentaire y est limpide, pointu, original, lyrique, acerbe et parfois pince-sans rire.
Hector Obalk sera sur scène en compagnie de son violoncelliste Raphael Perraud, devant l’écran géant de la Géode, pour vous décrire, vous expliquer, le plafond de la chapelle Sixtine grâce à des images entièrement tournées en HD, d’une qualité exceptionnelle.
Le spectacle est consacré au plafond de la Sixtine, chapelle du Vatican, chef-d’œuvre de Michel-Ange (1508-1512), fresque de 400 m2 – dont la « Création d’Adam » est sans doute l’œuvre la plus célèbre de l’art occidental (ex-æquo avec la Vénus de Milo et la Joconde).

 

 

3 ans de travail, 50 heures de rushs et 5 mois de montage ont été nécessaires à la réalisation de sa trilogie sur Michel-Ange, dont « la Sixtine » compose le second volet.
Hector Obalk a eu l’autorisation exceptionnelle de planter un échafaudage de 12 m de haut au milieu de la Sixtine pour saisir des détails encore jamais vus en vidéo.

 

Hector Obalk

 

Hector Obalk, critique d’art est bien connu du public de ELLE, de France 2 (avant-premières) et de arte (série Grand Art, consacrée à l’Histoire de l’art). Il est aussi l’auteur d’une introduction à la peinture « AIMER VOIR / Comment on regarde un tableau » aux éditions Hazan.

Arte

Partenaire de cet événement exceptionnel, la chaine de télévision Arte diffuse un épisode de la série Grand-Art chaque dimanche à 12h30 du 6 janvier au 17 février. Le film sur la Sixtine sera diffusé le 10 février après sa projection en avant-première à La Géode.

L'avis des spectateurs

Déjà vu ? Notez et commentez
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars
Loading ... Loading ...
Laisser un commentaire
  1. Putain !!! 70 commentaires !!! AND THE GAY LE PLUS NUL OF THE MONTH IS… PAUMÉ !!!

  2. Arnaud NimesLe

    Un sujet exceptionnel, un historien de l’art – inconnu avant le spectacle – doté d’une forte personnalité, l’intervention de musiciens sur scène, le tout sous l’égide de la Géode : on pouvait espérer une soirée étincelante d’intelligence, un émerveillement continu devant la beauté…
    La déception est à la hauteur. Cela commence par une une attente de 20 minutes, debout devant l’accès à la salle, sans explication du personnel puis sans excuse de la part d’Hector Obalk, pourtant désigné comme fautif par l’ouvreuse interrogée. Passe encore, notre pays n’est pas connu pour la qualité de l’information fournie aux usagers en cas de problème.
    Dans son mail post-spectacle nous incitant à laisser notre avis après de premiers commentaires contrastés, Hector Obalk nous « prie d’excuser la désobligeante attente » – qu’il ne justifie ou n’assume de nouveau pas – et les « soucis techniques » rencontrés. Qu’il soit rassuré, la vacuité de son propos et la médiocrité du tournage puis du montage prévalent largement dans l’impression désagréable laissée par cette soirée. Où sont passés les 4 ans de travail invoqués ???
    Hector Obalk ne sait pas s’effacer derrière l’oeuvre d’art et étayer son discours avec autre chose que l’accélération du débit de sa voix ou l’accentuation de certains mots pris au hasard. Quant aux images, inadaptées à la Géode, il aurait fallu laisser des professionnels s’en charger. Pourquoi nous montrer de manière répétée le déplacement d’un trépied, un échafaudage dans la chapelle Sixtine ou sa fille ? Pourquoi nous infliger des séquences à main levée à donner la nausée ?
    On ressort amer de s’être laissé avoir, cherchant à comprendre comment un tel désastre est possible et on retient ce mélange d’ego surdimensionné et de technique approximative que l’on espère ne plus jamais être cautionné par la Géode.

  3. Merci pour cette soirée Hector…j’ai beaucoup aimé « la forme » du show et ce mélange des genres. je ne suis pas spécialiste de Michel Ange, j’ai donc appris plein de choses qui me donnent envie d’aller à Florence ou Rome voir les œuvres sous ce nouvel éclairage et je pense que c’est le principal…donc mission accomplie. Bien sûr on peut parler des défauts, le principal à mon avis étant la réalisation approximative et les images peu claires mais je comprends aussi que cet exercice de vulgarisation soit compliqué…Ce qui m’a le plus marqué sont ces moments ou vous insistez sur la virtuosité de l’artiste, virtuosité que le profane n’est pas toujours à même de remarquer…

  4. Carole BERRITZLe

    Je m’intéresse énormément à l’Histoire de l’Art.
    Hector Obalk me permet de vivre d’une façon différente, d’une façon plus ludique, moins théorique, plus accessible. Hector Obalk exprime son point de vue de manière enjouée. Il essaie de nous transmettre sa passion.
    Malgré quelques couac techniques à la Géode, je reste sensible à sa vision, à son personnage tellement différent et attachant.

  5. Benoit HamonLe

    Bravo pour cette magnifique soirée!
    Hector Obalk nous fait rentrer au travers de sa caméra dans cette oeuvre monumentale.
    Bravo au violoncelliste et à la violoniste.
    Tous trois font dialoguer Bach et Michel Ange, avec délice.
    Bravo à la géode de nous proposer ce beau spectacle.
    Quel bonheur ne de pas être dans l’attendu, dans le convenu !
    De laisser place à la surprise, â la drôlerie, à l’improvisation d’une petite danse de fin !
    Et oui, n’en déplaise à certain, ici rien n’est lisse et c’est pour notre plus grand bonheur.
    Hector Obalk fait danser au dessus nous tous les personnages, il nous transmet sa passion et l’urgence de voir.
    Oui, encore bravo.
    Ce spectacle en appelle d’autres, c’est évident.

  6. CorinneLe

    Je prends connaissance des commentaires et je suis étonnée de voir cet acharnement alors que dans la salle pratiquement tout le monde à applaudi, bien sur il y avait des couacs techniques une image tremblotante et floue j’aurais préfèré des gens honnêtes et qui critiquent ouvertement ce débat, mais il est plus aisé et confortable de critiquer derrière son écran, c est bizarre on se sent plus fort et à l’abri de tout. Peut on en tenir rigueur ? Je vous le demande le sujet était passionnant, aucun critique n à le courage et l’ambition de nous faire partager à nous néophyte un spectacle de ce genre. J’ai même lu que certaines personnes demandaient le remboursement ? Quand vous allez voir un film au cinéma et que vous payez au moins 10 euros la place et que le film est un navet vous demandez le remboursement en prime nous, nous avions des musiciens et Monsieur OBALK en personne n’abusez pas et moi j’en redemande

  7. FabriceLe

    Mais que demande le peuple ? Il y a pléthore de conférences académiques, de concerts plus ou moins réussis dont les gens ressortent en disant « tu as aimé ? Oui pas mal ». Ici il y a un homme, certes narcissique, bavard, qui vous provoque, parle à votre intellect et à vos sens, se fiche des vaches sacrées (il ose dire que la partie « Jugement dernier » de la Sixtine est plutôt ratée – ce que j’avais ressenti sur place sans me l’avouer) et vous fait voir ce que vous n’auriez jamais vu seul. En outre il y avait cette trouvaille : le discours scandé par les suites de Bach décomposées – un pari impossible et parfaitement réussi, qui aide à se concentrer sur le discours, et fait écouter Bach (ou Haydn) de façon neuve. Même s’il n’y avait eu que 5 idées à retenir, 5 moments inoubliables (et il y en eut plus) ça justifierait la soirée, le parking, le prix. Obalk m’a tiré quelques minutes de ma médiocrité et de ma routine et je lui en suis reconnaissant.

  8. EsteraLe

    Je vue déjà 3 spectacle de Hector Obalk, je suis retourne parce que j’admire sa passion. Il montre a une large public, ce que on pourrais jamais voir à l’oil nue, étant loin. Il nous fait découvrir les moments, situations que on connais pas, dans son propre façon. Il construit un échafaudage, et il monte tout en haut pour nous approcher de la sixtine, et j’apprécie beaucoup son effort. Il n’a pas beaucoup de temps pour attraper le global de fresque, il fait les choix rapide, mais conséquent. C’est quelqu’un qui travail pour transmettre ces impressions intimes, et qui travail pour sa public aimée.
    Je suis étonné de tout ces mouvais critiques que je vue sur le sit de Géode. Bien sur, il y avais par fois des problèmes techniques, la place cout cher, mais pour quoi Mr Obalk dois porter tout la responsabilité ?
    Je trouve son spectacle très intéressant, il y a toujours un petit défaut, mais c’est une chose naturelle, j’apprécie beaucoup son travail et sa force de pouvoir nous transmettre ces histoires.
    Tout ces critiques m’affaire.

  9. Maurizio RofranoLe

    Connaissant le travail écrit et filmé de Monsieur Obalk, je dois avouer que cette présentation était un peu en deçà de ce qu’il a fait jusque là. Je pense que par souci de vulgarisation il a fini par trop alléger son discours. Reste que (à part les quelques soucis techniques cités qui seront certainement réglés) l’auteur à bien raison, la Chapelle Sixtine on l’apprécie bien mieux filmée qu’en vrai même si l’un n’exclut pas l’autre.

  10. Pour comprendre Obalk il faut juste changer sa façon de voir les choses et ne pas le considérer comme un show-man, un critique ou un historien mais comme un artiste !
    C’est un artiste et aussi un artiste psychologique et tout son œuvre respire l’art…
    Il fait de l’art avec de l’art qu’il sublime !
    Pour cela il utilise des supports :
    - la peinture (des génies),
    - la musique (des génies),
    - la vidéo (il est capable de passer d’un tableau de Giorgione dans un musée à un tracto-pelle dans la cour à l’extérieur et ça c’est exceptionnel et magnifique !),
    - le texte (pour certains son verbe est « mégalo », mais en réalité tellement vivant et humain).
    - Joue la « comédie » et « danse » en plus.
    C’est du TrèsGrandArt et c’est une bouffée d’oxygène et je suis avare de compliments.

    Sa reconnaissance évidente et sa passion du génie ne s’explique que par la réciproque…

    Alors oui, ça m’a fait « chier » de regarder les images en flou, mais pas de venir de ma campagne à 550 bornes de Paris car en bas il y avait un mec qui se donnait et qui a bossé pour nous offrir, pour 25 euro, des années de sa vie… Alors RESPECT.
    Christophe Mardiros

Voir tous les commentairesRetour haut de page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>